Détour: Michel Gondry s’essaye au court métrage filmé par iPhone

« Tangerine », « Searching for Sugar Man »,  … Ces titres ne vous disent peut-être rien et pourtant se sont tous des films primés, réalisés avec un simple smartphone. Cinéaste connu et reconnu, Michel Gondry s’est lui aussi essayé à l’exercice avec le court-métrage « Détour »

iPhone - détour affiche

Expérience inédite

Une famille qui part en voiture sur les routes du sud. Soudain, le tricycle de la petite dernière se décroche. Un tricycle qui, entre deux coups de pédales, raconte sa propre histoire. L’histoire semble parfaitement faire écho en cette période estivale. Si le thème et la scène semblent être d’un classique déconcertant, ne vous fiez pas aux apparences. Les images sont sous la direction d’un réalisateur renommé et il est armé simplement d’un iPhone.

Le cinéaste Michel Gondry à qui l’on doit « Eternal Sunshine of the Spotless Mind » ou les clips de Daft Punk, a relevé le défi lancé par Apple, celui de réaliser un film uniquement muni d’un iPhone 7+. Il signe ainsi « Détour », film mélancolique et bucolique d’une dizaine de minutes.

Un court métrage réalisé avec seulement des iPhones équipés aussi d’autres produits professionnels, tel qu’un trépied. Le réalisateur s’est attaché à utiliser l’application FiLMiC Proun outil professionnalisant d’iOS. L’application spéciale est faite pour les cinéastes en herbe : réglages poussés pour ajuster la balance des blancs, modification de la vitesse d’enregistrement et autres manipulations sont disponibles. Deux semaines de tournage avec une petite équipe d’une vingtaine de personnes ont suffit. Si de nombreux coûts ont pu être évités, le budget du film a du être plutôt confortable, même si aucun prix n’a été communiqués.

Un film qui vit avec son temps

Ce court métrage digitalisé peut être lu comme la synthèse de deux tendances majeures du XXIème siècle:

  • D’une part, nul ne peut dénier que les habitudes changent. Ainsi l’accumulation de souvenirs par l’intermédiaires de photos et vidéos, tendance encouragée par les différents réseaux sociaux. Une tendance qui touche aussi le secteur professionnel, notamment du septième art, très aux faits des habitudes sociologiques.
  • D’autre part, les avancées technologiques rendent possible la réalisation d’un tel projet.  Les pas technologiques s’accélèrent et la précision des optiques s’améliorent, les stabilisateurs d’images se perfectionnent et les effets de profondeurs sont  concevables (à l’aide d’un second objectif). Une nuance reste à apporter au montage et à la post-production qui demeure l’exclusivité de l’ordinateur classique.

Ainsi, « Détour » est né. Une oeuvre cinématographique d’un nouveau genre mais qui pour autant ne remet pas en cause les bases du secteur. Les cinéastes qui se sont prêtés au jeu, affirment que la légèreté et l’adaptabilité que permet le smartphone n’altère en rien l’émotion et la pureté d’une image. M. Gondry se dit surpris de la simplicité et de la véridicité des images, qui chacune sont empreintes de son identité.

On peut donc dire affirmer sans trop s’avancer qu’Apple a réussit son défi. La firme de la Silicon Valley, dans une nouvelle stratégie de communication, tente de rapprocher ses objets de technologies aux gestes simples du quotidien. Elle tente par de nombreux ateliers pratiques au sein de ses Apple Stores de prouver l’utilité de ses produits à la pointe de la technologie. Le film met donc en avant la qualité vidéo du smartphone, cadeau de la décennie du smartphone ayant révolutionné le marché de la téléphonie mobile.

Nouvelle esthétique

Finalement cette façon de filmer serait une autre façon de faire du cinéma. « Détour » n’est pas une exclusivité dans l’univers cinématographique. D’autres avant Gondry ont utilisé ce moyen insolite pour effectuer leur travail. On peut citer Malik Bendjelloul pour son documentaire « Searching for Sugar Man », primé à l’Académie des Césars ou encore David Baker pour son film « Tangerine« , élu prix du jury du festival de Deauville. De surcroît, la chaîne locale BFM Paris a déclaré que les reporters ne seraient équipés que d’iPhones pour tous leurs reportages.

Certains se réjouissent de cette démocratisation de la réalisation cinématographique. Un nouvel élan semble donc se dessiner pour tous les passionnés du septième art. Pour ceux qui se sentent l’âme créative ou artistique, Apple met à disposition des tutoriels (sur Youtube ou le site Apple). Ces derniers portent sur les manipulations d’accélérations, de ralentis ou encore des scènes de nuits, réalisées par le cinéaste primé.

Pour beaucoup, le choix d’une caméra smartphone a été animé par des raisons économiques, pour réduire leur budget. Si tous se félicitent de films de très haute qualité préservant leur sensibilité artistique, c’est encore loin d’être la norme. « Les caméras professionnelles offrent encore des qualités techniques et une sensibilité d’image inégalées » assure Bruno Smadja, président du Mobile Film Festival.

 « Ça a commencé pour des raisons budgétaires, mais c’est devenu une esthétique » commentera Sean Baker. 

Mobile & Futé, le blog high-tech sur l’actualité des smartphones
Retour à la liste des articles